Menu Fermer

PS Delahaye 43PS

La société Delahaye fût l’une des marques françaises les plus prestigieuses. Dès le début du siècle, elle s’intéresse à l’équipement automobile des sapeurs-pompiers et devient un constructeur phare de la profession en exportant sa production sur les cinq continents. Tout au long de la visite du patrimoine automobile, on a un aperçu de cette volonté évidente d’apporter un soutien technique. Dès 1906, elle crée le fourgon-pompe automobile à pétrole (le Delahaye-Farcot type 39P).
Le Corps de Lyon se rend acquéreur d’un tel véhicule en 1914. Il restera le seul transporteur d’eau jusqu’en 1937.

Le PS Delahaye 43PS, 1913, aux réserves du musée des sapeurs-pompiers de Lyon

Un deuxième véhicule sort des chaînes en 1912, c’est le P.S. type 43 P.S.. Équipé d’une citerne de 200 à 400 litres suivant les modèles, d’une pompe de 60 m3/h à 6 bars, d’un dévidoir tournant de quarante mètres. Il transportait de 4 à 6 sapeurs et atteignait 50 km/h. L’ergonomie du véhicule permet au conducteur d’alimenter le dévidoir tournant sans quitter son poste de conduite. Cette voiture assurait pour l’époque un départ rapide, une attaque instantanée du feu et, par la suite, l’extinction de la plupart des incendies sans nécessiter d’autre secours. Elle était munie de moyens de sauvetage. Avec l’ère de l’automobile, les méthodes d’interventions évoluent beaucoup. Dès 1913, les sapeurs-pompiers de Paris acquièrent un certain nombre de ces P.S.. Durant la Grande Guerre, ces véhicules robustes sont mis à rude épreuve. Le 3 octobre 1917, les sapeurs-pompiers de Paris reçoivent l’ordre d’envoyer un détachement avec deux autopompes pour secourir les habitants de Bar-le-Duc soumis à de nombreux raids aériens.

Le PS Delahaye 43PS, 1913, à l'état d'épave, lors de son arrivée au Musée

Ces autopompes P.S. 43 assurent l’extinction de nombreux incendies. Après le conflit, l’une d’entre elles reste et est utilisée pendant de longues années par les sapeurs-pompiers de la ville. La municipalité de Bar-le-Duc, désireuse de ne pas voir disparaître un témoin de ces années, confie à notre musée la restauration et la mise en valeur de ce patrimoine. Une laborieuse recherche de documents constructeur et un historique précis du véhicule permettent une restauration fidèle à son histoire.
Ce véhicule est par exemple équipé exception-nellement d’une cloche, moyen d’avertissement sonore des sapeurs-pompiers de l’Est de la France.

Alain Pras